Monsieur le Président,

Dans maintes émissions politiques, vous ou vos partisans se targuent d’une majorité électorale. Or, vous n’avez été élu que par 25% de l’électorat, en faisant d’ailleurs fi des votes blancs ou nuls qui expriment pourtant le désarroi des votants.

Ces 25% comportaient une majorité d’électeurs de la « bonne société parisienne" que vous aviez su séduire par vos largesses, ainsi qu’une partie d’électeurs ayant voté pour vous pour faire barrage au FN. Comme d’ailleurs depuis un certain nombre d’élections présidentielles. Si je me souviens bien, nous pouvons remonter jusqu’à Jacques Chirac…

En aucun cas, vous n’êtes le « Président de tous les Français » ! Il ne tenait qu’à vous de conquérir ces réticents par une politique franche et loyale, une approche humaine des problèmes et plus de considérations pour les Régions qui sont elles aussi la France, bien que vous sembliez l’oublier.

Ce ne sont pas vos essais maladroits et votre attitude arrogante qui vous donneront plus de charme ! L’affaire «Benalla » révélait chez vous votre penchant pour l’élitisme et l’absence de considérations de vos devoirs.

Vous vous conduisez de plus en plus comme un monarque absolu qui n’a cure de ses sujets !

Mais, saperlipopette, nous sommes en République et plusieurs révolutions ont éclaté depuis 1789 !

Gardez-vous de déclencher la colère des Français, qui risquent fort de retrouver leur sang de révolutionnaires.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, ma non-adhésion à vos propositions de « randonnées ».

Une citoyenne parmi tant d’autres.

P.S. Ce matin même, 24 novembre, j’ouvre la chaîne LCP et que vois-je ? Une de vos ministres, jeune femme au demeurant agréable, complètement hystérique parce qu’un élu (senior) l’a appelée Mme le Ministre au lieu de Mme la Ministre et a glissé dans son propos un "chère amie ». Qu’elle le reprenne, je veux bien, mais que diable avec un peu d’humour et pas tant de virulence.

A qui veut-elle plaire ? Sans doute à Jupiter, qui souhaite que l’on considère ses Dieux subordonnés comme lui-même.

Je me permets de vous rappeler un vieil adage, Monsieur le Président

« qui sème le vent récolte la tempête ».

compteur.js.php?url=XhAkHwU0ov4%3D&df=e4